vu et entendu

[Options 640 – septembre 2018]

Faits et chiffres : 94 inscrit.e.s pour cette édition 2018 dont une vingtaine de femmes seulement. Aux journées d’été de l’Ufict, comme dans les syndicats, les femmes sont encore trop peu nombreuses à participer d’une part, et à exercer des mandats syndicaux d’autre part. Un vrai souci !

Néanmoins, le centre de Courcelle s’est transformé en l’espace de deux petites journées en république bananière pour l’Ufict, car le taux de satisfaction à l’issue du dépouillement des fiches d’appréciation est excellent. Seul un participant a émis des opinions entièrement négatives sur les thèmes des débats et leur déroulement ; sinon, tous les autres ont manifesté une bonne voire une très bonne opinion sur l’organisation comme sur les thèmes proposés cette année. Cela n’exclut pas aussi quelques critiques, mais toutes sur un mode constructif.

J’aime ce cadre. Je m’y sens à l’aise parce que toutes celles et ceux qui sont réunis ici sont censé.e.s partager les mêmes motivations. Victoria

C’était très bien, comme d’habitude… Toutefois, il me semble que nous aurions dû parler aussi des prochaines élections professionnelles et partager nos bonnes pratiques syndicales. Florian

Nous renouveler est juste un thème essentiel. J’ai donc vraiment apprécié qu’il fasse partie de nos discussions. Jean-Marie

De façon générale, nous avons manqué de temps pour débattre. J’éprouve parfois une grande solitude dans mon travail de permanente syndicale. Nos adhérents ne sont pas assez actifs. De très nombreux cadres craignent de se déclarer ouvertement membres de la CGT. Je ne les vois que lorsqu’ils se sentent en difficulté, si bien que je ne traite plus que des cas individuels. Cette  situation me pèse. Le projet collectif a disparu et il me manque. Dans une prochaine édition, j’aimerais bien aborder ces sujets sous l’angle « nos réussites, nos difficultés. Il me semble que ce serait vraiment profitable de discuter entre nous de la vie syndicale et de comment on l’anime, à une époque où l’individualisme et le consumérisme ont presque gagné la partie ». « J’aime bien ces journées d’été. Par exemple, cette année, j’ai trouvé le thème sur la jeunesse et l’engagement passionnant. A partir du moment où nous avons un regard extérieur, en l’occurrence un sociologue de l’IRES et que nous avons un travail en atelier, je me sens stimulée. J’ai aimé aussi les interventions concernant le mix énergétique. Parler du solaire, de l’hydrogène, c’est rafraîchissant et dans la salle il y a eu des réactions qui montrent bien que nous ne partageons pas tout à fait les mêmes points de vue. Anne

L’organisation : au top. Juste parfaite. Très bien. Impec ! Bien réglée. 10 sur 10. Super serait prétentieux mais bien, c’est juste… Samuel, Eric, Delphine, Julien, Moussa, Kevin, Michael, Loïc, Sophie, Philippe, Marc.

La thématique « jeunesse » était très éclairante, à la fois sur un sujet de société, mais aussi sur un sujet qui concerne l’entreprise. L’expertise apportée par les débats et la présence d’un sociologue spécialiste du sujet, représentent à la fois une ouverture et un travail à poursuivre. Julien

C’est très bien en termes d’organisation, de choix des thèmes et de déroulement des débats. Néanmoins, un jour et demi, c’est trop court ! Les thèmes abordés devraient nous permettre de déboucher directement sur des décisions-actions. Les débats sont très structurés mais cela casse la spontanéité et les frottements nécessaires à la confrontation d’idées. Jean

Tous les organisateurs remercient les participants et vous donnent rendez- vous pour l’édition… 2020. En effet, 2019 étant une année de congrès, nous n’aurons pas de journées d’été l’an prochain.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top