point de vue d’un dirigeant d’enedis sur les mpro

Gérard Matencio - Directeur de la Transformation à Enedis depuis mai 2014

Gérard Matencio – Directeur de la Transformation à Enedis depuis mai 2014

Sur l’aide qui doit être apportée aux MPro pris par les charges administratives chronophages : « ils doivent être déchargés de ces dernières en transférant ces tâches à des cellules de programmation des activités. Le souhait est de revenir à un MPro de terrain, concentré sur les compétences dont disposent les agents de son équipe. Le MPro va jouer un triple rôle : renseigner la cellule programmation sur les compétences des agents, veiller à ce que les agents possèdent bien le savoir-faire nécessaire et expliquer à l’agent pourquoi, éventuellement, ce savoir-faire n’est pas atteint ».

En terme de déroulement de carrière, il évoque : « une prise de responsabilité le plus tôt possible dans le collège maîtrise avec une évolution a minima au milieu de la plage maîtrise s’il possède l’ensemble des attendus d’un MPro ». En complément, il rappelle que « la maîtrise » qui manage perçoit une prime de performance » et affirme que ces agents, « aussi disponibles que des cadres, ont droit aux heures supplémentaires sans limite ». A notre question sur l’accès au collège cadre, en préambule, il rappelle que 50 % des cadres sont issus du rang. Il souligne que les Unités mettent en place une démarche de détection des potentiels MPro. Il conclut que devenir cadre n’est pas une histoire de temps, mais de qualités personnelles.

« La modification des habitudes et des comportements passe par la volonté de renouveler la mobilité au sein d’Enedis sur l’ensemble de la France, avec des salariés qui peuvent postuler où et quand ils veulent. Cela peut accélérer, selon ses dires, les candidatures sur les postes. La Direction mise sur l’accélération des carrières pour ceux qui bougent ». Elle a mis en place, pour se faire, un dispositif plus attractif dans des zones déficitaires en candidats.

« Le fait d’être MPro et syndiqué ne doit être ni un frein ni un souci. L’entreprise a intérêt à favoriser l’émergence de militants compétents et qui sont de bons professionnels. Le parcours militant doit donc être encouragé ». L’entreprise se doit de valoriser le parcours syndical d’un salarié lors d’une réintégration professionnelle, gage d’une candidature de qualité.

 

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

2 réactions

  1. Aujourd’hui nous rencontrons beaucoup d’agents de maîtrise et de jeunes cadres avec quelques responsabilités hiérarchiques donc MPRO ! qui se trouve en dépression suite à des reproches formulés par leurs délégués employeurs comme quoi ils sont trop proche de leurs agents ! Pourtant ces encadrants savent faire appliquer les règles hiérarchiques et être en proximité pour épauler techniquement les agents !
    Donc à cette belle déclaration de notre directeur de la transformation il serait bon d’accompagner cette page web d’une critique de notre UFICT !