Stopper la régression, c’est l’affaire de tou·te·s !

Sociale comme industrielle la régression s’annonce partout. C’est la poursuite infernale des politiques de déconstruction de notre modèle social, du tissu industriel et de la recherche. Nombreux·ses ont été les salarié·e·s des entreprises de l’énergie qui, au printemps dernier, ont marqué leur opposition au démantèlement des services publics. Ce n’est pas le moment de lâcher.

Dés le 9 octobre, le mécontentement des ingénieur·e·s, cadres, technicien·nes et agents de maîtrise doit s’exprimer.

Les profits s’envolent à coups de cadeaux

Alors que les entreprises voient arriver de nouveaux cadeaux avec de nouvelles baisses de cotisations, les prestations sociales et, l’indemnisation du chômage, devraient subir un nouveau tour de vis. Les profits des entreprises du CAC 40 s’envolent, 94 milliards d’euros en 2017, avec des dividendes qui suivent la même courbe. La France est ainsi 3ème au palmarès des taux de rentabilité du capital et verse plus de 10 % du total mondial des dividendes. Dans l’Hexagone l’augmentation du versement des dividendes atteint 23,6 %. C’est environ deux fois plus qu’à l’échelle internationale.

  • Exonération de cotisations patronales : 25 Mds €
  • CICE et pacte de responsabilité : 35 Mds €
  • Un million d’emploi créés : 25 Mds €
  • Egalité salariale femmes/hommes : 10 Mds €

Les salaires et l’emploi baissent

Le gouvernement annonce dans un budget d’austérité, une nouvelle diminution des emplois aidés, un nouveau coup contre les retraité·e·s avec le décrochage des pensions par rapport à l’inflation, cela s’ajoutant à la hausse de la CSG cette année. Les stratégies d’entreprises profitent aux incessants jeux de filialisation et d’actionnariat, par lesquels sont organisés les transferts des activités les plus rentables vers le privé.

Et maintenant un « BIG BANG » des retraites

Les nouvelles diminutions annoncées par le gouvernement dans la « réforme des retraites » visent ni plus ni moins à faire disparaître nos 42 régimes de retraite au profit d’un pseudo système universel de retraite par points.

 

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top